Santé mentale

4 idées fausses sur la thérapie

Nous avons toutes eu, ou avons encore des idées reçues sur la thérapie.

Et si nous passions en revue les 4 mythes les plus répandus?

Mythe #1: Mes problèmes ne sont pas assez graves pour consulter. 

Il est nécessaire de faire la démarche d’aller consulter à partir du moment où un problème affecte notre qualité de vie au quotidien et nous empêche de fonctionner correctement. Il peut s’agir, d’anxiété, de stress…quelque soit le problème, la thérapie est conçue pour nous aider à améliorer notre bien-être. La thérapie s’adapte à n’importe quel problème, petit ou grand.

Mythe # 2: Pas besoin de thérapie quand on a un cercle d’amis à qui parler.

Il est indéniable que nos amis ou notre famille peuvent nous apporter un soutien indéfectible. Et c’est précieux. Mais, il ne sont pas en mesure de nous apporter une analyse impartiale. Contrairement aux thérapeutes qui suivent des années d’études pour apprendre à écouter et à aider leur patients à résoudre leurs problèmes.

Mythe n #3: La thérapie c’est un luxe

C’est un fait : faire une thérapie coûte cher. Certaines mutuelles prennent en charge quelques séances, mais ça reste marginal. Certaines problématiques simples requiert des thérapies brèves, entre 5 à 10 séances,  ce qui rend le tarif global plus économique. Tout est une question de priorité finalement. Au lieu de céder aux achats compulsifs, d’acheter une énième paire de chaussure, peut-être faudrait-il faire des choix, arbitrer. Le choix d’investir sur soi, sur son bien-être mental.

Mythe # 4: Les psy ne parlent jamais, ils restent silencieux 

Clairement, ce cliché du psy qui marmonne de temps à autre “hmm-hum” en griffonnant sur son carnet est une réalité. Il semblerait que cette attitude soit davantage l’apanage des psychanalystes. Les psychologues ou psychothérapeute selon ce que j’ai pu observer interviennent davantage. Ils posent des questions, et orientent nos réflexions.

Il semblerait que ces silences ne soient pas dénués de sens, ou d’intention.

Dans mon cas personnel, les silences de ma thérapeute, m’ont permis de me retrouver face à moi-même, de m’écouter parler, d’entendre ma voix flotter dans les airs et de saisir ce que je n’avais jamais perçu jusque là.

Et qu’est ce que ces silences m’ont concrètement apportés?

Bien souvent, j’ai trouvé mes propres solutions et j’étais la première étonnée.  Par conséquent, ces silences ont favoriser l’émergence d’idées et de ressources que je ne soupçonnais même pas.

J’ai vécu de véritable prise de conscience et je remercie ma thérapeute pour ces silences qui m’on permis de cheminer seule en moi.

Article lié:https://therapiepourafrodescendantes.fr/4-choses-a-savoir-sur-la-therapie/

 

Partager sur:
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :