Développement personnel Humeur

Et si on s’identifiait aux flocons de neige?

Nom d’une pipe! La neige m’inspire après m’avoir bien agacé hier soir. Oui hier soir, après avoir été obligé d’abandonner ma voiture à la gare, je n’ai eu d’autre choix que de cheminer à travers la forêt de Marly pour rentrer chez moi. Presque 3 km à marcher péniblement dans la neige, affublée de bottes de ville et manquant de tomber tous les deux mètres.

L’adage “demain est un autre jour” prends ce matin tous son sens. Je me réveille aujourd’hui avec beaucoup de gratitude en admirant ce paysage hivernal à couper le souffle.

Oui, j’ai râlé, mais contrairement à d’autres je ne suis pas restée bloquée dans ma voiture toute la nuit, j’ai eu la chance de regagner mon domicile et de m’endormir auprès des miens.

Alors j’ai eu envie de vous offrir une petite chronique de saison. D’aucuns diront “Qu’y a t-il à dire sur la neige”? .

Ce matin, je m’éveillais avec une excitation enfantine, l’idée de voir un parterre tout blanc, m’a poussé à sortir du lit et à saisir mon appareil photo. Je pris une longue douche chaude, comme pour m’envelopper de chaleur avant d’aller affronter le froid. J’enfilai une tenue confortable et chaude et je sortie immédiatement pour cette fois-ci aller à la rencontre de cette neige fraîche sans me laisser surprendre. J’étais la première du quartier à sortir. Donc les seules empreintes étaient miennes. Je sentais ces flocons tomber doucement, là, devant moi, sur moi. Je suis restée là, immobile, essayant de m’imprégner de l’instant présent. Et je me suis rappelée, en m’approchant très très très près de cette neige immaculée, que chacun de ces flocons étaient absolument unique ! “Que ces lames étincelantes pouvaient s’emboîter parfaitement les unes avec les autres jusqu’à fabriquer en un clin d’œil des sculptures à couper le souffle”.

Nature de génie.

Je ne sais pas vous, mais moi, je ne me remets toujours pas de cette info. Non mais de vous à moi, c’est quand même fou d’imaginer que chaque flocons de neige est unique! «Tous différents» semble être leur devise. Pourtant, apparemment, rien ne ressemble plus à un flocon de neige qu’un autre flocon de neige.Je ne vais pas faire d’incursion scientifique pour expliquer le pourquoi du comment. Chaque flocon constitue une sorte d’étoile à six branches incroyablement symétrique, faite de lignes droites et de courbes parfaites, comme si elle avait été dessinée par un géomètre ou un artiste de génie. On se rend bien compte de la perfection de cette nature. Aucun artiste, architecte, graphiste, peintre n’égalera jamais, toutes les beautés que nous offres cette nature généreuse.

Tous avec la même structure, mais chacun est unique.

Saviez vous que chaque flocons possèdent 6 branches, pas 5, ni 7, non, 6. Ils ont tous la même structure de base, soit : 6 branches. Et pourtant chacun est différent. Un peu comme nous fondamentalement. “On a tous des corps différents, mais aussi, une éducation différente, une enfance différente. On a tous été façonnés par les événements, les épreuves que l’on a traversées. Et prendre en considération cette information, la digérer en conscience, forcément, ça nous donne un autre regard sur les autres. En tout cas, ça nous oblige à l’adopter. Parce qu’au fond, on ne sait jamais ce que les gens ont enduré, ce qu’ils ont traversé dans leur enfance…et ce qu’ils donnent à voir… et ce qu’ils planquent bien au fond, mais qui suintent dans leur vie, ce qu’ils essaient d’étouffer mais qui hurle à l’intérieur.”

Je me suis faite cette réflexion : apprécie cette période de grand froid, plutôt que de pester sur les tracas que la neige peut provoquer, ou sur le maire de ton village qui n’a pas assez salé les routes, mesure enfin ton côté unique.

Accepter d’être soi, de se dire qu’on sort du lot – non ce n’est pas de la prétention-car fond, il n’y a pas de lot, nous sommes tous unique.

Répétez après moi: ” Je suis unique”, une fois que vous vous êtes imprégné de cette phrase, je vous invite, à retourner en maternelle quelques minutes, à retrouver vos quatre ans et à marcher sous la neige en ouvrant grand la bouche pour tenter de gober le maximum de flocons d’un seul coup.

À très vite.

Partager sur:
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :